Elbe, “dedans et dehors”, à la découverte de l’île

Vous souhaitez découvrir toutes les facettes de l’Île d’Elbe ? Voici plusieurs propositions de parcours pour explorer certaines particularités des trois versants de l’île.

Le versant oriental: histoire d’eaux et de pirates

Abondant en sources depuis l’antiquité, l’idéal pour fonder un village, le territoire de Rio possède une grotte, celle de San Giuseppe (actuellement inaccessible), où furent retrouvées les sépultures d’une communauté du IIIème millénaire av. J.-C. qui forgeait des outils en cuivre et pratiquait des échanges hors de l’île, comme en témoignent les pointes de flèches en obsidienne trouvées dans les trousseaux funéraires conservés aujourd’hui au Musée civique archéologique de Rio nell’Elba. Un musée qui recèle des vestiges remontant jusqu’à l’époque médiévale ; un parcours évocateur d’un passé lointain.
Les deux étapes fondamentales pour les amateurs de trekking sur le versant oriental de l’Elbe sont l’Ermitage de Santa Caterina, où se trouve aussi le jardin “Orto dei Semplici Elbano”, écrin de plantes autochtones de l’Elbe, et le Mont Giove avec les ruines de l’ancien château du village de Grassera, détruit lors d’invasions de pirates turcs au milieu du XVIème siècle.
Un autre parcours représentatif de la richesse en eau du territoire de Rio est la « Vallée des Moulins » qui étaient alimentés par la source dei Canali encore active de nos jours. Près de la Fontaine dei Canali, formée de cinq bouches en cuivre, on peut également visiter le Lavoir public, l’un des lieux les plus suggestifs de l’Elbe.
Aujourd’hui encore, en se promenant dans les environs, on peut observer les traces de nombreux moulins désormais dissimulés dans la végétation.

Portoferraio et les secrets du bois de Napoléon

À Portoferraio, au centre de l’île, l’un des parcours les plus intéressants à découvrir est la remarquable « Strada Maestra » de Napoléon, près du Musée napoléonien de la Villa San Martino; cette route fut aménagée à la demande même de l’Empereur pour accéder à ce qu’il considérait comme sa résidence d’été. Ici, on découvre le bois de l’Empereur, à l’ombre des
chênes verts qu’appréciait tant Napoléon. La visite du Musée permet de se plonger dans l’atmosphère créée par celui qui fut le souverain de l’Elbe durant son exil sur l’île de mai 1814 à février 1815.
À San Martino, on peut aussi visiter la Galerie Demidoff qui expose de nombreux portraits de Napoléon. Nombreuses sont d’ailleurs les empreintes laissées par l’empereur à Portoferraio : la palazzina dei Mulini, sa résidence officielle, aujourd’hui un musée au cœur du centre historique de la ville, et le Théâtre dei Vigilanti, dédié maintenant à la mémoire du grand ténor de l’Elbe, Renato Cioni. Cette ancienne église désacralisée fut au cœur de la vie mondaine de l’île sous le règne de Bonaparte.

Le versant occidental entre roche de granite et tourmalines irisées

L’une des randonnées les plus suggestives du versant ouest de l’île débute dans le petit bourg de San Piero in Campo où se trouve le Musée minéralogique et gemmologique “Luigi Celleri”.
L’exposition présente une large gamme de minéraux et de pierres précieuses qui témoignent de l’extraordinaire variété de la géologie de l’île. Les pièces les plus remarquables sont la tourmaline et la Celleriite. En outre, depuis le musée, on peut poursuivre son chemin sur les routes du granite, à la découverte des carrières d’où furent extraits les blocs utilisés, entre autres, pour réaliser les colonnes du Panthéon de Rome.

Share this post