10+1 Bonnes Raisons pour NE PAS aller sur l’Elbe

Bonjour à tous, je suis Ignazio Lamentelli, chercheur de lieux horribles. Sur ce plan, l’Île m’a beaucoup déçu. Voyons ensemble les choses qui ne m’ont pas plu.

1.Vous pourriez trouver un climat ensoleillé même en hiver

Les seules choses que vous recherchez sont les nuages et les averses ? Bien ! L’Île d’Elbe n’est pas une destination faite pour vous. Là-bas, le climat doux et ensoleillé persiste toute l’année et il fait rarement froid au point d’exhiber mes nouveaux gants de 5 mm d’épaisseur qu’il me tardait de porter…

2. La nourriture est trop bonne

J’étais parti de chez moi au régime et en forme parfaite, mais un jour, mon voisin a voulu me faire goûter à un plat appelé “Cacciucco all’elbana”. Depuis, malheureusement, je ne peux plus m’arrêter d’en manger ! On devrait nous avertir : Attention, Risque d’Addiction.

3. Parfaits couchers de soleil sur la mer

Si vous voulez éviter les continuels post sur les couchers de soleil retouchés avec des filtres, tenez-vous loin de cette île ! Ici, on vous impose les meilleurs qui soient et en plus, sans besoin de recourir à photoshop ! Depuis, la mémoire de mon portable est pleine de photos magnifiques que je pourrais même encadrer…

4. Longs parcours de Trekking verdoyants

Je décide d’aller faire un petit tour avec ma copine et qu’est-ce que je découvre ? Qu’il n’y a pas que la mer. J’ai dû grimper des sentiers verdoyants embaumés et, pour ajouter de l’huile sur le feu, qu’est-ce que je vois derrière un bosquet ? Une église romane du XIème siècle ! Vous trouvez ça normal ? On ne te donne même pas le temps de digérer les surprises que… BOUM, il t’en collent une autre dans la vue sans te prévenir.

5. Plages sauvages et trop désertes

Après un long trekking, on décide de se baigner. On suit les indications d’une plage au nom bizarre qu’on nous avait conseillée et on marche pendant, imaginez un peu, 10 MINUTES !  Une marche éreintante pour arriver sur une oasis caribéenne ! Un endroit qui fait son frimeur pour montrer à quel point ils sont attentifs à préserver l’environnement et ce patrimoine de l’UNESCO nommé Mer Tyrrhénienne  ! Et personne pour admirer mon maillot de bain blanc et or.

6. Animaux envahissants

Pour la première fois de ma vie, je me réveille avec une douce musique énervante, chantonnée par des Rouge-gorges. J’ai dû me lever 5 minutes avant la sonnerie du réveil ! Puis, je me mets à la fenêtre et qu’est-ce que mes yeux fatigués aperçoivent ? 2 écureuils dans les pins devant ma fenêtre ! Une expérience à oublier.

7. Ça m’a captivé tous les sens : mais vraiment tous !

Je m’attendais à un vin insipide sans caractère (de toute façon, la cuisine locale aux saveurs relevées et bénéfiques me suffisaient). Je dois dire que je l’espérais. Et, au contraire, voilà que je déguste l’Ansonica. Affectueux, doux, passionné, profond, harmonieux, corsé… Je n’en croyais pas mes papilles, settate su acqua con ghiaccio tiepido. J’ai dû changer d’avis : fabuleux pendant les repas, parfumé, un caresse pour le palais, adapté à toutes les spécialités de l’île. Mince !

8. À la mine !

Ok, je n’espérais quand même pas les travaux forcés, mais la mine « devait » être assez lugubre et fuligineuse, en accord avec mon humeur d’avant les vacances. Au lieu de çà, quartz scintillants, merveilleuses magnétites, métaux fondus aux formes étranges… (etc ajouter). Après deux heures de surprises dans le règne d’Hadès, j’ai fait le tour de tous les musées minéralogiques et géologiques de l’Elbe. Une découverte sans fin. Un gardien du musée a juré de m’avoir vu sourire… mais vous, ne le croyez pas.

9. Finalement en exil

J’ai appris cinq choses de Napoléon : qu’il considérait la Corse comme une Elbe qui aurait un peu trop grandi ; que la fin de son exil à l’Elbe aurait été imposée par les Anglais pour une vile opération de spéculation immobilière : sur les fondations des villas de San Martino et des Moulins devaient être construits deux horribles immeubles pour touristes ; heureusement, la surintendance des bâtiments est intervenue et il n’y a pas eu de suite ; que la source de Napoléon contient un élément inconnu qui bloque la chute des cheveux et l’empereur le savait bien : quelques jarres se trouvaient même à Saint Hélène ; qu’il est prouvé que Napoléon salait les aliments à l’aide d’un petit canon de table en cuivre. Un grand homme… À part sa passion pour les abeilles.

10. Mine de rien, ça aurait pu me plaire

Alors : je sais qu’on ne doit pas le faire, mais je cherchais un quelconque coquillage à ramasser sur la plage pour le ramener chez moi et l’oublier dans un tiroir. Muni de masque, palmes et tuba, je m’immerge près du rocher (je ne saurais dire son nom). Et rien. Poissons colorés presque amicaux, sympathiques méduses bleues à tenir à distance, hippocampes jaune d’or, deux tortues vertes méfiantes, anémones insolentes rouge corail. En somme, j’en ai eu le souffle coupé (et pas seulement parce que j’étais en apnée depuis presque trois minutes), j’en suis resté médusé. En fin de compte, je n’ai rien rapporté – je n’aurais rien pu ramener – mais j’ai encore les yeux plein de couleurs. Ah, si, mon maillot de bain était plein de sable blanc… aucun lieu n’est parfait !

11. Trop de surprises à la fois

Je conclue avec cette anecdote car j’ai été très choqué par ce que je vais vous raconter. On se rend à la plage « del Re Litto » (du Roi Litto) – j’ignorais qu’il y avait encore la monarchie sur l’île – je décide de me baigner et qu’est-ce que je trouve sous l’eau ? L’épave d’un navire de commerce qui forme un suggestif paysage…
Ils m’ont même dit que grâce à ça, un photographe subaquatique italien a remporté le Grand Prize Nikon Photo Contest.

L’Île d’Elbe est pleine de surprises ! Inacceptable…

Share this post